Jérémy Maison : « Jouer les premiers rôles »

/, home/Jérémy Maison : « Jouer les premiers rôles »

Jérémy Maison : « Jouer les premiers rôles »

Habituée du Tour de Savoie Mont-Blanc (2.2), l’équipe Fortuneo-Samsic va débarquer une nouvelle fois avec une équipe ambitieuse. Aux côtés de Maxime Bouet, Anthony Delaplace ou encore Florian Vachon, on retrouvera sur nos routes Jérémy Maison. Le grimpeur bourguignon (24 ans), classé 4e du TSMB 2015, se confie à notre site internet.

TSMB : On imagine que tu vas retrouver le Tour de Savoie Mont-Blanc avec des grandes ambitions…
Jérémy Maison : J’ai vu le parcours de l’édition 2018, il sera très difficile ! J’attends de jouer les premiers rôles. Il faudra voir comment je sors de la Route du Sud, qui a lieu la semaine précédente. Rien n’est gagné. Il y a des adversaires difficiles à battre. Il n’y a pas trop de surprises sur ce type de course. Les meilleurs sont devants sauf incident. J’ai envie de bien marcher sur l’étape qui empruntera le col du Pré… (Il avait chuté dans la descente alors qu’il était en tête sur le Tour de l’Avenir 2015, NDLR). En tout cas, c’est une belle épreuve, avec des gros cols. Comme je le disais, j’ai envie de jouer les premiers rôles après deux années en tant qu’équipier à la FDJ. Je dois reprendre de la confiance. Le Tour de Savoie Mont-Blanc est super pour ça. C’est une classe 2 mais c’est le Tour de Savoie… Quand tu es grimpeur, cette course fait rêver. Le vainqueur de l’édition 2017 (Egan Bernal) résume la difficulté de l’épreuve et son importance au niveau international.

EN STAGE A AIX-LES-BAINS

Quel bilan fais-tu de ta première partie de saison ?
J’ai découvert de nouvelles courses. Je préfère quand il fait beau et chaud. Chez les amateurs, je n’ai jamais vraiment disputé le début de saison car j’étais étudiant pour devenir kiné et il y a la mémoire du corps… Je sens donc que je progresse depuis le début de saison (17e du Tour La Provence, 12e du Tour de l’Ain). Le travail finit par payer mais moi c’est vrai que je n’ai pas été beaucoup payé encore (sourires).

Tu roules actuellement en Savoie…
Je devais initialement aller en stage à Valloire mais vu les orages quotidiens ces derniers temps, je me suis retourné sur Aix-les-Bains. Je viens une à deux fois par an rouler ici. Je connais les principales difficultés autour d’Aix. J’ai ainsi des références. Je sais aussi où me ravitailler, où faire mes courses. C’est important. Je monte souvent le Revard, ça fait une heure d’effort. C’est bien de monter ce type de col. J’ai aussi fait le Plainpalais, la Forclaz, le Semnoz… J’ai pas eu l’occasion de repérer les étapes du Tour de Savoie Mont-Blanc. Je connais quelques difficultés…

CANDIDAT AU TOUR DE FRANCE

Tu as déjà participé deux fois à notre épreuve…
C’était ma première sélection en Equipe de France, en 2014. J’avais terminé 16e du général. J’avais découvert une course où il faisait super beau… L’organisation est magique. Nous étions tous les soirs dans des supers hotels, parfois même des quatre étoiles ! Nous étions toujours bien accueillis. Il y a des classes 1 ou des WorldTour où tu dors limite dans une tente (rires). Patrice Pion et son équipe font du bon boulot.

Qu’attends-tu de ce mois de juin ?
Je ne me mets pas de pression. Je me suis entraîné pour bien faire en juin. La condition est ascendante. Je ne m’interdis rien.

Tu es candidat au Tour de France ?
Bien sûr. Il y a une fin de Tour de France très difficile avec des belles étapes de montagne. J’ai le niveau pour avoir ma place. Mais c’est le manager qui décidera ou non de ma sélection. Je préfère me concentrer sur les prochaines courses. Si je « performe » sur la Route du Sud et le Tour de Savoie Mont-Blanc, j’espère y être… Si je remporte le TSMB, je ne serai pas loin d’une sélection au Tour ! (sourires).

 

Crédit photo : Freddy Guérin – DirectVelo

By | 2018-06-05T18:45:00+00:00 5 juin 2018|equipe, home|0 Comments