David Gaudu : « C’était ma première… »

/, Non classé/David Gaudu : « C’était ma première… »

David Gaudu : « C’était ma première… »

Il a terminé le Tour de Savoie Mont-Blanc 2015 à la 18e place, à 7’34 de l’Espagnol David Belda. David Gaudu a alors 18 ans et sort à peine des rangs Juniors. Le Breton, échappé le dernier jour, s’était offert sur notre épreuve une première sélection en Equipe de France Espoirs. Quatorze mois plus tard, avec les Bleus, il avait dominé le Tour de l’Avenir avant de rejoindre le peloton pro. Où il a depuis rapidement montré tout son talent (vainqueur d’étape sur le Tour de l’Ain, 9e de la Flèche Wallonne 2017). Alors qu’il vient de connaître un Dauphiné mitigé suite à une chute dès la première étape, David Gaudu (Groupama-FDJ) évoque pour nous ses souvenirs du Tour de Savoie Mont-Blanc.

TSMB : Si on te dit Tour de Savoie Mont-Blanc 2015…
David Gaudu : C’était ma première sélection avec l’Équipe de France Espoirs. J’étais Espoir 1ère année. J’avais marché à la Ronde de l’Isard, mi-mai. Au TSMB, il y avait beaucoup de grimpeurs qui évoluaient avec leur club, notamment ceux de Chambéry CF, alors ça m’avait permis d’avoir cette première sélection.

Quels souvenirs en gardes-tu ?
J’en garde un bon souvenir. Nous avions un bon groupe. Il y avait des belles étapes… Je me souviens m’être échappé sur la dernière étape, qui se disputait entre Modane et Valmeinier. Je m’étais fait reprendre dans la dernière partie. Et Léo (Vincent, son actuel coéquipier à Groupama-FDJ), qui était aussi avec l’Equipe de France, avait gagné l’étape.

Trois des six coureurs présents, avec les Bleus, sur le TSMB 2015 ont participé au Tour de l’Avenir un an plus tard…
C’est exact. Nous avons gardé ce lien là avec Mathias (Le Turnier) et Léo. Nous avons souvent couru ensemble. Nous n’avons pas tous le même maillot aujourd’hui, mais si je me retrouve avec eux en échappée, je sais que ça le « fera ». Tout ça reste quand même. Beaucoup de personnes sont aussi là pour le rappeler !

Comment se passe ta saison 2018 ?
Je sors d’un Dauphiné où la forme a été en dents de scie toute la semaine. Un jour ça allait, l’autre pas. C’est en partie due à la chute. Samedi, j’étais dans le creux. J’étais bien dimanche en revanche (Il a été repris à 5 kilomètres de l’arrivée après avoir été échappé). Le Dauphiné était l’un de mes grands objectifs de la saison, avec la Flèche Wallonne. J’étais passé à côté de la Flèche. La chute me fait passer à côté du Dauphiné. Ce n’est pas facile… J’avais bien préparé le Dauphiné. Je l’avais en tête depuis plus d’un mois. Tout est tombé à l’eau dès la première étape… C’est difficile à accepter mais je ne suis pas le premier à qui ça arrive. Il y en aura d’autres. Tout ça fait partie du sport.

Après un an et demi chez les pros, quel bilan peux-tu faire ?
J’ai bien commencé dès ma première saison pro, l’an passé. J’ai fait des coups d’éclat, notamment sur le Tour de Catalogne ou la Flèche Wallonne. Je suis plus régulier cette année. Le but est de gérer une semaine de course pour faire un bon général sur ce type d’épreuve. Ca a été le cas par exemple au Tour de Romandie (10e).

Crédit photo : DirectVelo

By | 2018-06-11T02:03:35+00:00 11 juin 2018|home, Non classé|0 Comments